SDRIF, les élus des Yvelines en Alerte

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

Sauvons l’avenir des Yvelines : les élus alertés sur le SDRIF par le Conseil général

(7/04/2013)

La réunion de sensibilisation sur le SDRIF, organisée par le Conseil général, a accueilli près de 200 élus locaux au théâtre André Malraux de Rocquencourt le 26 mars dernier. Pour son Président Alain Schmitz, il s’agissait de mobiliser les collectivités locales pour l’enquête publique sur le SDRIF qui prendra fin le 30 avril prochain: « C’est l’occasion d’exprimer vos besoins, vos préoccupations, vos inquiétudes, vos demandes. » 

Réunion sur le SDRIF organisée par le Conseil général: Philipe Tautou entouré de Jean-Marie Tétart et Alain Schmitz

Réunion sur le SDRIF organisée par le Conseil général: Philipe Tautou, entouré de Jean-Marie Tétart et Alain Schmitz, répond aux questions des élus

Il y a un an, le Conseil général a apporté sa contribution au nouveau SDRIF avec un certain nombre de remarques importantes en matière de logements, de développement économique et d’infrastructures qui n’ont pas été prises en compte par la Région.

« D’un côté on crée de l’activité à l’Est [de Paris], de l’autre on impose la construction de logements à l’Ouest avec des infrastructures saturées. »

Très offensif, Alain Schmitz a pointé les lacunes et les incohérences du SDRIF: « Les Yvelines sont particulièrement mal placées dans le SDRIF. Tous les efforts portent sur la Petite Couronne et sur le côté Est de la Grande Couronne. Par exemple, en terme de transport, nous sommes renvoyés à 2030. Or les Yvelinois sont les Franciliens qui utilisent le plus leur voiture en raison du déficit de transport en commun. On nous impose de construire avec un taux de 2,8 logements par emploi créé contre 2,3 dans le reste de la Grande couronne.

En matière d’infrastructure, le Conseil général constate également qu’il existe des contradictions notables avec les contrats en cours de signature entre le Conseil général et le Conseil régional et le SDRIF. Des projets déjà entérinés ont été purement et simplement supprimés.

Le Conseil général demande un ratio de 2,4 logements par emploi dans les Yvelines avec des adaptations territoriales. Par comparaison, le ratio est de seulement 1,6 dans le Val d’Oise alors que les territoires d’emploi sont extrêmement proches. Le Département souhaite par exemple un ratio de 1,1 logement pour un emploi en Seine Aval et 0,7 logement pour un emploi sur le territoire de Versailles Grand Parc et St Quentin en Yvelines.

Le ratio logement/emploi alloué par le SDRIF implique un net ralentissement de la croissance de l’emploi dans les Yvelines. Il correspond à 3.200 emplois créés par an contre 4.680 entre 1999 et 2009 (soit -30%). Le Président du Conseil général déplore que la gravité de la situation de l’emploi dans les Yvelines, seul département francilien à perdre des emplois entre 2000 et 2008, ne soit pas prise en compte. Il trouve préjudiciable que le SDRIF ne capitalise pas la dynamique enclenchée par l’OIN Seine Seine aval.

« La Région ne pointe pas suffisamment le développement économique sur nos territoires. En disant cela je pense particulièrement à la Seine Aval. »

Alain Schmitz affirme que« Le Mantois n’est pas considéré par le SDRIF comme un lieu de développement régional. Quant à la Confluence Seine Oise [contrat de territoire], elle ne se fait pas que dans le Val d’Oise à Cergy [pôle d'excellence à développer dans le SDRIF], c’est aussi dans les Yvelines avec la CA2RS, Conflans Poissy, Achères, St Germain . La Seine Aval représente l’avenir du département des Yvelines, c’est même le lieu essentiel en terme économique et en terme de création d’emplois. »

Le sénateur Gérard Larcher qui partage l’avis défavorable du Conseil général sur le SDRIF a néanmoins conclu sur une note optimiste: « Personnellement, je pense que les faits s’avéreront assez différents des ratios qu’on nous propose. Le « Gosplan » a modérément fonctionné dans le développement économique des pays sur-administrés. L’expérience historique est toujours utile en politique. Elle doit nous amener à ne pas fléchir dans la volonté qui est la notre, pour un développement équilibré de notre département. » Par contre, il a fait part de ses grandes inquiétudes liées à la création de la Métropole de Paris: « nous allons vivre dans des Yvelines scindées en deux » .

Plus d’infos en cliquant sur:

http://www.ensemble-pour-orgeval.fr/?p=42522

Publié dans SDRIF - IDF

Commenter cet article