SDRIF 2030, les CCI franciliennes émettent un avis favorable assorti de réserves

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

Le SDRIF revêt une importance particulière pour les entreprises, car il a un impact sur l’aménagement régional et territorial (à travers la localisation des grands équipements, les secteurs de densification et d’urbanisation, les espaces non constructibles, l’offre de logement…), les transports (routière, en transports en commun, et à plus large échelle aérienne, fluviale et ferroviaire) et le développement économique (les zones d’activités, les sites logistiques, les pôles d’emplois…).


La CCI Paris Ile-de-France, en sa qualité de personne publique associée à la révision du SDRIF (schéma directeur de la région Ile-de-France), a émis le 14 février 2013 un « avis favorable assorti de réserves » sur le projet du SDRIF « Ile-de-France 2030 » arrêté par le Conseil Régional le 25 octobre 2012.


Les réserves de la CCIR :

  • 1. L’ambition économique du projet de SDRIF n’est pas à la hauteur des défis que doit relever la région capitale au XXIème siècle.
  • 2. L’approche polycentrique du projet spatial de SDRIF reste à affiner et à affirmer.
  • 3. Le projet de SDRIF comporte des objectifs de logement ambitieux, mais qui ne sont pas en concordance avec les réalités économiques de la métropole francilienne et les besoins de la population active et des jeunes.
  • 4. Le projet de SDRIF propose un modèle de planification où le foncier économique constitue finalement une variable d’ajustement.
  • 5. Le projet de SDRIF est de nature à créer des risques de contentieux et la place des entreprises dans la mise en œuvre doit être précisée.


Dans sa contribution à cet avis régional, la CCI Essonne a fait prévaloir les intérêts et besoins des entreprises du département.
A cet égard, elle est satisfaite de voir retenu dans ce projet de SDRIF les axes suivants :

  • La recherche d’un aménagement régional polycentrique identifiant pour l’Essonne trois territoires d’intérêt métropolitain (TIM),
  • La réalisation du Grand Paris Express et la poursuite de l’amélioration de l’existant,
  • La réaffirmation de Paris-Orly dans son rôle d’aéroport international, maillon essentiel de l’attractivité de Paris Ile-de-France,
  • La prise en compte de la logistique, notamment fluviale.

 

La CCI Essonne a exprimé des demandes relatives aux territoires d’intérêt métropolitains.

1. Pour le TIM Grand Orly, Seine-Amont et Plaine centrale du Val-de-Marne, la CCI Essonne a souligné :

  • L’absence de franchissement routier de la Seine entre Vigneux et Athis-Mons qui n'est pas de nature à améliorer la qualité des déplacements entre les deux rives du fleuve, ni l’accès à la plateforme aéroportuaire depuis la rive droite,
  • La nécessité du contournement routier sud de la plateforme d’Orly.

 

2. Pour le TIM Centre Essonne Seine Orge, la CCI Essonne a alerté sur le nécessaire désenclavement du territoire en transports en commun :

  • L’émergence d’un pôle économique majeur sur l’emprise de l’ex-BA 217 est conditionnée par une desserte en transports en commun. La réalisation d’un transport en commun en site propre permettant un rabattement vers les gares RER d’Evry-Courcouronnes Centre et Brétigny est une des conditions de son succès. Ce projet doit s’accompagner d’un élargissement de la Francilienne.
  • La densification de la zone de la Croix-Blanche et la montée en charge de Valvert ne peuvent être envisagées sans la réalisation d’un transport en commun en site propre le long de la Francilienne.
  • L’accès à l’emploi serait favorisé grâce à l’aménagement d’un transport en commun en site propre sur la RD445 traversant les communes de Fleury-Mérogis et de Viry-Châtillon, permettant ainsi de mailler le Tzen4, le tram-train Massy-Evry et la ligne du RER D.
  • Appliquer la notion de front urbain à un secteur détenant un fort potentiel de développement économique constitue un risque pour l’ambition portée par l’ensemble des acteurs économiques.

 

3. Pour le TIM Vallée de la Bièvre aval, plateau de Saclay, la CCI Essonne a demandé :

  • L’inscription dans le SDRIF de l’amélioration de la desserte routière de l’ensemble du plateau de Saclay (mise à 2x2 voies de la RD36 conjointement au passage du transport en commun en site propre Massy – Saclay -Saint-Quentin-en-Yvelines), le principe de création de l’A126 ayant disparu.
  • L’intégration du Parc d’activités de Courtaboeuf dans le TIM (sa dynamique est complémentaire à celles du plateau de Saclay).

L’intégralité de l’avis des CCI franciliennes est en ligne sur le site de la CCI Paris Ile-de-France à la rubrique « Etudes et prises de position ».

La CCI Essonne forme le souhait que la mobilisation du réseau consulaire contribue à faire évoluer le projet de SDRIF qui sera mis à l’enquête publique entre le 28 mars et le 30 avril 2013 inclus dans le sens d’une cohérence accrue des objectifs et des acteurs.

Elle invite les entreprises à prendre connaissance de ce projet et à donner leur avis en consultant le dossier disponible durant toute la durée de l’enquête dans les mairies des communes d'Evry, d'Etampes et de Palaiseau ou sur le site accessible à l’adresse suivante : http://www.enquetespubliques.iledefrance.fr/sdrif.

 

Voir Aussi

Ressources

http://www.essonne.cci.fr/la-cci/prises-de-position/sdrif-2030-les-cci-franciliennes-emettent-un-avis-favorable-assorti-de-reserves

Publié dans SDRIF - IDF

Commenter cet article