Ville de Paris, 30 propositions métropolitaines

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

http://www.paris.fr/politiques/gouvernance/une-vision-de-la-metropole/30-projets-pour-2014/rub_10094_stand_111478_port_25320

 

30 actions prioritaires de « métropolisation » des politiques publiques parisiennes ont été sélectionnées parmi les 150 propositions présentées par Jean-Pierre Caffet, sénateur et conseiller de Paris (XVIII° arrondissement) dans un rapport rendu au Maire, sur cette thématique, en septembre 2011. Objectif : porter l’ambition d’une métropole durable, plus solidaire, plus attractive et plus citoyenne à horizon 2014.

Pour une métropole mixte et solidaire

1. Organiser un forum métropolitain pour l’emploi des jeunes
Les forums pour l’emploi qui se tiennent à Paris connaissent de bons résultats. Il s'agit de développer cette formule avec les partenaires intéressés à une échelle plus large, en ciblant le public spécifique des jeunes.

2. Ouvrir les places disponibles de certains des établissements parisiens d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) situés hors de Paris, comme le Cèdre Bleu à Sarcelles, aux non-Parisiens.
Six établissements d’hébergement de personnes âgées dépendantes sont situés hors de Paris. Certains de ces établissements peuvent faire l’objet de conventions bilatérales au profit de personnes résidant dans les départements d’implantation

3. Mettre en réseau les maisons départementales des personnes handicapées de la petite couronne, afin de mutualiser les informations et l’orientation du public
Première étape d’une démarche coopérative sur toute la métropole, cette mise en réseau de l’information permettra à chacun de connaître les différentes structures d’accueil existantes sur le territoire métropolitain.

4. Installer une plate-forme régionale d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers afin de mieux articuler l’action des départements et celle de l’Etat.
L’afflux de mineurs isolés étrangers ne cesse de croître et concerne principalement deux départements, Paris et la Seine-Saint- Denis, qui doivent seuls y répondre. Pour remédier à cette inégalité, il faut organiser, en lien avec l’Etat, une meilleure répartition des capacités d’accueil sur le territoire francilien.

5. Créer un réseau régional des Maisons des initiatives étudiantes et des Maisons des étudiants afin de mutualiser les expériences, les informations, les services et les coûts.
Structures aujourd’hui différentes, les MIE et les Maisons des étudiants restent des pôles de ressources et lieux de vie essentiels aux associations. Leurs actions et leur expertise pourraient trouver dans ce rapprochement un meilleur rayonnement.

6. Mutualiser les équipements sportifs et de loisirs (piscines, centres de loisirs…) et implanter de nouvelles infrastructures en partenariat avec les communes limitrophes
Afin de créer des espaces de vie collective partagés, la mutualisation de structures d’accueil d’enfants et d’équipements doit être une priorité.

7. Encourager des partenariats entre collectivités dans des domaines particuliers de la politique de la ville : emploi, politiques en direction des jeunes, culture, intégration des étrangers extra-communautaires.
Le caractère localisé mais très transversal de la politique de la ville rend difficile les coopérations entre collectivités. Cependant certains domaines gagneraient à être travaillés à une autre échelle pour mutualiser les moyens et les expériences.

8. Réaliser au sein de la métropole, notamment en petite couronne, un diagnostic permettant de recenser et de cartographier les structures existantes en matière d’hébergement d’urgence.
L’hébergement d’urgence est une question qui se pose à l’échelle métropolitaine avec une acuité particulière sur la petite couronne. La première étape d’une action renforcée dans ce domaine consiste à établir un diagnostic partagé sur la localisation des structures à créer.

9. Amplifier l'action de la SOREQA à l’échelle métropolitaine afin de lutter contre l’habitat indigne L’éradication de l’habitat indigne apparaît comme un enjeu métropolitain par excellence, car seule une action d’ampleur et coordonnée peut permettre de le résoudre. L’outil SOREQA mutualise les moyens financiers et techniques indispensables à cette lutte.

10. Créer une plateforme commune de prévention des comportements à risque entre Paris et la Seine- Saint-Denis.
Paris et la Seine Saint Denis travaillent déjà ensemble, échangent sur la politique de prévention des toxicomanies. Il s’agit de passer à l’étape suivante en renforçant nos coopérations.

11. Actualiser l’étude APUR «les besoins de formation linguistique des Parisiens maîtrisant mal le français» sur un territoire plus vaste que la seule capitale et engager un processus de coopération avec les collectivités volontaires afin d’améliorer les dispositifs existants. Pour aider les près de 200 000 Parisiens qui rencontrent des « difficultés à l’écrit » (APUR 2009) la Ville offre à 20 000 personnes par an de nombreuses formations linguistiques. D’autres institutions agissent également dans ce domaine. Une coordination de l’ensemble combinée à une évaluation fine des besoins existants sur le territoire métropolitain améliora l’efficacité des formations proposées.

12. Réfléchir à l’évolution des cimetières et de leur utilisation dans un cadre métropolitain.
L’évolution de la législation et de la composition sociologique de la société française pose de nouvelles questions de gestion et d’organisation que nous devons résoudre ensemble. Paris pourrait ainsi se rapprocher du SIFUREP (syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne).

Pour une Métropole responsable de son environnement

13. Mettre en valeur les parcs interdépartementaux en améliorant leur connaissance par les Parisiens grâce à des actions de communication ou en y organisant des animations, ainsi qu’en veillant à leur accessibilité. Les Parisiens profitent aujourd’hui peu des six parcs interdépartementaux répartis dans les trois départements touchant Paris : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne. Ces 297 ha d’espaces verts de loisir et de détente de grande qualité et à moins de 30 minutes des portes de la capitale, pourraient offrir une nouvelle respiration urbaine

14. Créer de nouveaux couloirs de bus à certaines entrées dans Paris.
Cette action forte de la municipalité initiée depuis 2001 pour rééquilibrer l’espace public au profit des modes de déplacements les moins polluants, se développera pour favoriser les échanges et les flux qui tissent la métropole au quotidien

15. Favoriser l’adhésion des communes de la métropole à Autolib’
Encourager une meilleure offre de services de transport, notamment pour les habitants des communes où se concentre une grande partie des logements.

16. Partager les principes d’aménagement des canaux, adopter une charte paysagère élaborée en commun et définir les principes d’un équilibre entre les différentes collectivités territoriales concernées dans le domaine de l’entretien des berges des canaux.
Identifiées par toutes les collectivités concernées comme un réel enjeu d’aménagement de l’espace public, ces règles cohérentes permettront de protéger l’unité paysagère des canaux

17. Mutualiser avec les communes limitrophes les déchetteries aux portes de Paris.
Les déchetteries sont le symbole d’une nouvelle façon responsable et citoyenne de gérer nos rebuts .Nous pouvons envisager d’augmenter leur capacité pour partager cet objectif avec les habitants des communes limitrophes.

18. Créer, au sein de Paris Métropole, une commission chargée d’étudier une réforme du système de production, de distribution et des différents usages de l’eau avec, comme première étape, l’organisation d’une conférence métropolitaine de l’eau afin de s’entendre sur des sujets fédérateurs, définir une méthode de travail et fixer des objectifs communs.
Plusieurs collectivités ont manifesté de l’intérêt pour la démarche parisienne de remunicipalisation de l’eau. L’émiettement et l’empilement de structures qui caractérisent la gouvernance de la production et de la distribution de l’eau en Ile de France conduisent à étudier une réforme du système

19. Approfondir à l'échelle métropolitaine par des études techniques et des échanges d’expérience, la réflexion sur la gestion de l’eau non potable et ses usages.
Au regard des enjeux bioclimatiques et de l’existence de nouveaux usages pour le réseau d’eau non potable à Paris, il apparaît nécessaire de le moderniser en tenant compte des expériences et des besoins des différentes collectivités de la métropole.

20. Elaborer un projet global ambitieux de réhabilitation de l’école Du Breuil, pour en faire une vitrine de la gestion différenciée et écologique en Ile–de-France et un élément essentiel de la coopération francilienne dans ce domaine.
Ecole d’horticulture exceptionnelle, particulièrement performante en termes de développement durable, l’école du Breuil pourra devenir une vraie référence reconnue, un lieu métropolitain d’échange, de formation et d’innovation en matière de biodiversité et techniques du végétal.

21. Elaborer dans le cadre de la future SEM «IDF Energies nouvelles», un schéma directeur du chauffage urbain sur l’aire métropolitaine afin de développer les réseaux de ce mode de chauffage.
Les réseaux de chauffage urbain peuvent être un facteur important de réussite du plan climat, et ce à l’échelle métropolitaine. Paris, compte tenu de l’importance de son réseau, qui dépasse déjà ses limites et est géré par la CPCU peut contribuer activement à l’élaboration d’un réseau de chaleur métropolitain.

22. Constituer une centrale d'achat des groupes scolaires, mutualisée au niveau métropolitain afin de réaliser des économies d'échelle.
Une mutualisation permettrait d'harmoniser le matériel (sportif ou informatique par exemple). Outre les économies d'échelle, l'enjeu est aussi de mieux structurer les filières d'approvisionnement, notamment la filière biologique.

Pour une métropole innovante, attractive et citoyenne

23. Mettre en place un appel à projets métropolitain pour sélectionner chaque année des projets innovants relevant de l’économie sociale et solidaire et aider à l’implantation des lauréats dans la métropole.
Il pourrait se concrétiser en un évènement annuel pour valoriser ces projets, en association avec le Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire.

24. Ouvrir le laboratoire Paris Région Innovation à toutes les collectivités qui souhaitent faciliter les projets d’innovation sur leur territoire.
Une première initiative pourrait être d’étendre l’expérimentation sur le mobilier urbain intelligent à l’ensemble de l’espace public métropolitain.

25. Recenser des friches disponibles et adaptées à l’installation d’ateliers de production des métiers d’art dans la métropole
L’exercice des métiers d’art nécessite des surfaces d’ateliers que l’on peut trouver hors de Paris. Ces activités, qui contribuent à la visibilité internationale de la métropole, peuvent devenir des facteurs de développement économique local: il faut donc organiser et valoriser une offre de lieux de production répondant à leur spécificité.

26. Elaborer un plan hôtelier métropolitain comprenant l’évaluation et la territorialisation des objectifs d’hébergement touristique nécessaires à l’essor du tourisme tant de villégiature que d’affaires.
L’essor croissant du tourisme dans la métropole nécessitera une densification de l’offre hôtelière : le plan hôtelier de Paris peut être étendu à l’échelle métropolitaine

27. Recenser et mettre en réseau des lieux de pratiques amateurs au niveau métropolitain
Afin de favoriser la démocratie culturelle et une diffusion plus large des pratiques amateurs, créer des partenariats entre des lieux ressources pour identifier les espaces de répétition disponibles dans la métropole, et initier une réflexion sur des lieux communs aux Parisiens et à leurs voisins

28. Imaginer des procédures de consultation par Internet des citoyens sur les grands projets métropolitains
L’émergence de la démocratie électronique doit contribuer à bâtir une citoyenneté métropolitaine par des dispositifs souples, réactifs et ciblés.

29. Inventorier, dans un premier temps à l’échelle de la petite couronne, le patrimoine historique, culturel, urbain et architectural et intégrer ces travaux dans le projet de plate-forme numérique participative «Mémoires métropolitaines».
Ce projet permettrait de mettre en évidence la richesse du patrimoine culturel et urbain de la Métropole, tout en participant à construire avec ses habitants une « histoire partagée ».

30. Créer des partenariats avec les collectivités de la métropole sur la thématique de l’égalité femmes/hommes et notamment l’emploi des femmes en situation de précarité.
En élargissant et prolongeant le partenariat initié avec 13 collectivités à l’occasion du centenaire de la journée de la femme en 2010, créer de nouveaux liens permettrait l’échange de bonnes pratiques entre élus, acteurs associatifs et institutionnels. Au-delà, il s’agit de construire une métropole du 21ème siècle à l’image des valeurs que nous portons avec détermination.

Publié dans Métropoles - Villes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article