SDRIF "Pourquoi tant de précipitation", Alain Ramos, conseiller municipal du Blanc-Mesnil

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

SDRIF 2013: POURQUOI TANT DE PRECIPITATION ! NOS EXIGENCES TRANSPARENCE ET DEMOCRATIE

 

Vote

D'ores et déjà, il apparaît que le débat sur le SDRIF 2013 sera plus long que prévu. En effet, malgré le temps extrêmement court qui a été accordé aux différents groupes d'élus de l'assemblée régionale, 4 jours week-end compris, plus de 300 amendements ont été déposés lundi 15 octobre 2012. Cette situation souligne que les enjeux sont importants. Nous n'avons pas la prétention de tout maitriser et de tout connaître sur un dossier le SDRIF dont la diffusion est plus que restreinte. Mais comme à notre habitude, nous interviendrons en nous appuyant sur les actions que nous menons dans notre collectivité territoriale.

 

Depuis quelques jours, la presse aborde ce dossier et, en général, elle reprend les argumentaires de la spéculation financière et immobilière. Nous constatons par exemple qu'a aucun moment sur le dossier Europa City, il n'est fait mention de la décision du conseil municipal du Blanc-Mesnil qui a voté majoritairement un vœu s'opposant à ce grand projet inutile. Cette omerta est particulièrement bien organisée sur les grands réseaux, sur cette question la première page est entièrement dédié à la propagande du groupe Auchan, les autres articles arrivent en deuxième page, après les indications sur l'hôtellerie. Néanmoins le mur du silence se lézarde avec quelques articles parus dans Politis, Médiapart et Charlie Hebdo.

 

Bref, le SDRIF 2013 est un copié/collé du précédant sur lequel a été plaqué le Grand Paris. Cette méthode et ce choix ne sont ni convenables, ni acceptables. Ils ont pour objectif, en s'appuyant sur un saupoudrage finement diffusé, de faire passer un texte qui engage pour les 15 prochaines années.

 

Dans le contexte difficile, l'affichage de la création de plusieurs milliers d'emplois par an en est la première illustration. Nous ne sommes pas au pays des bisounours, chacun sait que le Medef complètement dominé par l'oligarchie financière et l'économie de casino, organise dans notre pays sa désindustrialisation, en Seine Saint Denis 10000 emplois industriels sont en danger à l'orée de 2015 et dans le même temps, il promet la création de 20000 emplois à quelques kilomètres de là pour 2022 ou 2025. Beau marché de dupes.

 

Par ailleurs, il est mis en avant de préserver les terres agricoles dans notre région, mais dans le même temps, il est envisagé de sacrifier pas moins de 300 hectares pour y implanter un centre commercial de 500 boutiques et autre piste de skis pour y accueillir 40 millions de visiteurs par an. Cherchons ensemble l'erreur.

 

Le réseau de transport du Grand Paris a suscité de grands espoirs, en particulier dans les villes fortement urbanisées et à forte densité démographique qui fait du tracé rouge une priorité incontournable. Il n'en reste pas moins que certains choix sont inacceptables tels l'implantation d'une gare au milieu des champs, pour satisfaire un des amis du premier cercle de Sarkozy. Ce cadeau est évalué à 500 millions d'euros. Pour notre part il nous semble que ce cadeau de 500 millions d'euros, pour un projet inutile et nuisible, serait plus utile plus nécessaire pour assurer le développement industriel de la région et de la Seine Saint Denis. Dans le même temps ne pensez vous pas, par exemple, qu'il y a quelques urgences à rénover le RER B.

 

Dans ce cadre, comment ne pas évoquer la question de l'éducation, de l'implantation des lycées , comment ne pas évoquer par exemple le développement des classes préparatoires dans les bassins de vie où elles font cruellement défaut.

 

Comme vous le voyez, il y a beaucoup de questions qui méritent un large débat. Il nous apparaît que la précipitation, alors qu'il s'agit d'objectifs à 15 ans, n'est pas la bonne démarche. D'autant que nous avons la sourde appréhension que ce SDRIF ne prend pas assez en compte les évolutions sociétales en cours.

 

Cette précipitation est d'autant plus incompréhensible, quelle semble ignorer les effets des élections de mai et juin 2012. La refondation de l'école, la nouvelle loi sur le logement, la réforme territoriale sont faites pour conduire à une transformation économique et sociale. Il serait peut être utile de maitriser les conséquences dont sont porteuses ces réformes voulues et mises en œuvre par François Hollande, sur l'intercommunalité et le devenir des contrats de développement territorial, avant de se précipiter dans un vote sur un SDRIF qui risque d'être obsolète dans quelques mois.

 

http://alainramos.canalblog.com/archives/2012/10/17/25359238.html

Publié dans SDRIF - IDF

Commenter cet article