NON au "Putsch parlementaire" contre nos territoires ! Patrick Braouezec

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

 

Déclaration de Patrick Braouezec, Président de Plaine Commune

NON au "Putsch parlementaire" contre nos territoires !

lundi 8 juillet 2013

 


 

La commission des Lois de l’Assemblée nationale vient d’adopter la proposition du gouvernement pour la métropole parisienne. C’est la métropole concentrique si longtemps refusée qui s’impose par un « putsch parlementaire ». Or, un putsch n’est jamais démocratique.

 

Alors que des dynamiques de territoires se construisent, se débattent, se mettent en œuvre, à partir notamment de coopérations intercommunales, alors qu’au sein de Paris Métropole cette démarche prenait corps autour de la notion de « coopérative de villes », permettant de vaincre des réticences, l’acte de naissance de la Métropole du Grand Paris entraine la dissolution des Communautés d’agglomération de la petite couronne. Leur transformation en conseils de territoire signifie tout simplement leur mise sous tutelle, la négation d’une construction métropolitaine ascendante, décentralisatrice, ancrée sur la force démocratique du fait communal.

 

Ne nous y trompons pas. Le projet, en créant un monstre technocratique et bureaucratique, dépossède les maires de tout ce qui est stratégique et s’attaque à la démocratie de proximité, au service public. Les premières victimes en seront les couches populaires. La métropole du Grand Paris n’est pas polycentrique, elle impose une vision unique de la métropole en rendant invisible la diversité des expériences, des richesses et des souffrances que vivent ces territoires au quotidien. Cette loi les rend passifs en les dessaisissant de leur pouvoir d’agir.

 

C’est la banlieue populaire, ses conquêtes pour le droit à la ville que l’on veut étouffer pour faire taire sa revendication à une métropole solidaire où chacun a droit à la centralité.

C’est la logique de la centralité intégrée, de la compétitivité internationale avec la spéculation foncière qui l’accompagne qui s’imposera aux catégories populaires de la petite et de la grande couronne.

 

Si personne ne veut le statu quo, nous ne pouvons accepter le scénario proposé qui s’apparente plus à une concentration de pouvoirs qu’à une ambition décentralisatrice. En 3 ans, Paris Métropole, expérience unique dans le monde, en respectant la voix des acteurs locaux, a fait avancer le dialogue, les compréhensions mutuelles, la nécessité de la coopération pour un destin commun. Il reste à ce jour un espace démocratique unique.

 

Certes du chemin reste à faire, mais les 14 principes adoptés à la quasi-unanimité de son bureau ouvrent le seul chemin pour construire un projet partagé. Il n’est pas acceptable qu’un nouveau projet de loi sans information ni concertation avec les élus tire brutalement un trait sur ce qui a été pensé et construit démocratiquement.

 

Publié dans Grand Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article