Le SDRIF nouveau est arrivé

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

Rangé au placard pendant quatre longues années, le schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) refait surface. Une crise et un projet de Grand Paris plus loin, c'est un document remanié que l'exécutif régional présentera lors de sa plénière du 25 octobre.

 

Ces six cent quarante pages dont le président Jean-Paul Huchon a livré la teneur mardi vont définir les orientations pour le développement de la région d'ici à 2030, autour d'un maître mot : densification. Le schéma se propose en effet de densifier les zones urbaines, notamment autour des gares, afin de "lutter contre l'étalement urbain et le gaspillage du foncier".

 

En contrepartie, il entend sanctuariser des terres agricoles. Par rapport au précédent Sdrif de 1994, les surfaces "urbanisables" vont passer de 1.700 ha/an à 1.300 ha/an. La région veut relancer l'agriculture de proximité, alors qu'elle importe aujourd'hui plus de 90% de ses besoins. Les terres, comme celles du plateau de Saclay, seront préservées.

 

L'heure est à la "transition écologique" : le schéma va se traduire par la création de 80 espaces verts, soit 2.300 ha de parcs et jardins en plus et de 350 continuités écologiques et liaisons vertes pour "préserver la biodiversité". Par ailleurs, 500 ha de forêts nouvelles verront le jour dans le Val-d'Oise.

 

Deux parcs naturels régionaux sont en cours de création en Seine-et-Marne : Brie et Deux Morins en bordure de la Champagne-Ardenne et Bocage gâtinais, à cheval sur la Bourgogne. La région comptera ainsi six parcs régionaux.
 

Les projections démographiques du schéma tablent sur une population de 13,5 millions d'habitants, soit une progression de 15%. D'où l'importance du logement. Le schéma maintient l'objectif du précédent Sdrif de 70.000 logements par an avec 30% de logement social, soit la construction d'1,5 million de logements d'ici à 2030.

 

Des habitants qui auront aussi besoin de transports avec un rééquilibrage pour l'Est de la région : le Sdrif intègre l'héritage du Grand Paris. Il s'appuie sur le réseau du Grand Paris Express et sur le plan de mobilisation pour les transports et le plan de déplacement urbain. "90% des Franciliens seront à moins de deux kilomètres d'une gare", promet Jean-Paul Huchon.

 

Le Sdrif n'est pas qu'un document d'urbanisme et d'aménagement. Il se fixe un objectif de 28.000 emplois créés par an, soit un total d'un peu plus de 500.000 sur la période, sur une base de croissance de 2,5% en moyenne.

 

L'objectif de croissance de 2% dans la précédente mouture avait donné lieu à une passe d'arme entre la région et l'Etat qui trouvait le Sdrif trop timide en ce domaine… C'était avant la crise. Ce sont ces relations houleuses qui ont suspendu le précédent texte qui avait pourtant fait l'objet d'une vaste consultation avant d'être adopté…

 

Le Sdrif 2030 va donc devoir repasser par la même case : 500.000 questionnaires seront distribués dans les boîtes aux lettres ; le questionnaire sera également mis en ligne sur le site de la région. Fin mars, une grande enquête publique sera lancée sur tout le territoire. Ensuite, après avis de chaque département et des chambres consulaires, le Sdrif devra être approuvé par le Conseil d'Etat avant le 31 décembre 2013.

 

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250264333617&cid=1250264333004

Publié dans SDRIF - IDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article