La crise en carte: "Le mystère français", Hervé Le Bras et Emmanuel Todd

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

Alain Duhamel

 

un moment où la France doute d'elle-même comme jamais depuis la Libération, où elle paraît indéchiffrable, imprévisible, voici un livre dérangeant, excitant, par-dessus tout foncièrement original qui propose un regard novateur sur Le mystère français (1). Les deux auteurs, Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, sont des récidivistes. En 1981, ils avaient publié L'invention de la France (Gallimard), qui leur avait valu de vertes polémiques avec un bataillon entier de sociologues outrés. Cette fois-ci, employant la même méthode cartographique mais en beaucoup plus sophistiqué, ils prennent derechef à rebrousse-poil bien des théories à la mode.

 

Pour commencer, nos deux auteurs considèrent et proclament que la France va mieux qu'elle ne le sait et ne le croit. Par les temps qui courent, c'est une thèse qui ne va pas de soi. Le Bras et Todd en sont bien conscients, mais insistent notamment sur l'amélioration notable du statut des femmes et sur l'accès massif à l'enseignement supérieur de presque la moitié d'une classe d'âge. Ce n'est pas leur seule approche iconoclaste. Ainsi expliquent-ils encore que la désindustrialisation que tout le monde déplore tient en bonne partie au fait que l'industrie française était pour l'essentiel récente, sectorielle et fragile, concentrée dans le nord et l'est du territoire. En somme, n'en étant qu'à l'adolescence, elle demeurait très vulnérable lorsque la crise a surgi.

 

S'appuyant sur une batterie impressionnante et ingénieuse de 130 cartes très régionalisées, nos auteurs distinguent deux France, l'une qui va mal (le Nord, l'Est, un grand Bassin parisien, la capitale exceptée) et une autre, plus étroite (l'Ouest, le Sud-Ouest, une partie du Midi et de Rhône-Alpes), qui résiste. Le plus intéressant tient à leur interprétation de ce découplage.

 

Pour eux, la France laïcisée de longue date, individualiste, organisée autour de la famille nucléaire, cette France jadis à gauche peine et décline. En revanche, la France encore catholicisée, hiérarchisée, avec ses larges familles souches et davantage de solidarité, fait front. Certes, son catholicisme est devenu plus sociétal que pratiquant, mais ce "catholicisme zombie", selon leur formule, longtemps conservateur, a désormais muté. Ici, le développement culturel et économique a été plus tardif mais demeure vigoureux. À contre-courant d'une France globalement "droitisée", la gauche s'y enracine.

 

On suivra moins Todd et Le Bras à propos du Front national, qu'ils voient plafonner alors qu'il essaime. Reste que leur hardiesse intellectuelle et leurs conclusions insolites méritent un beau débat

Click here to find out more!

 

1. Seuil, 320 p., 17,90 euros.

 

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/alain-duhamel/la-crise-en-cartes-18-04-2013-1656452_74.php

Publié dans Bassin Parisien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article