L'UMP s'insurge contre l'abandon du Grand Paris

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

Carte du réseau de transport public du Grand Paris (métro automatique). Carte du réseau de transport public du Grand Paris (métro automatique). | Société du Grand Paris, "Le Monde"

L'UMP a lancé, mercredi 3 octobre, une pétition "contre l'abandon du projet de Grand Paris" et a demandé, s'il se confirmait, que soient rendus aux entreprises franciliennes "311 millions d'euros prélevés chaque année pour financer" les nouveaux transports.

Parmi les premiers signataires : l'ancien premier ministre, François Fillon, les sénateurs Chantal Jouanno, Gérard Larcher, Jean-Jacques Hyest, Christian Cambon, Philippe Dallier, les présidents des conseils généraux Patrick Devedjian, Alain Schmitz et Arnaud Bazin, ainsi que les députés Jérôme Chartier, Jean-François Lamour, Philippe Goujon, Jean-Jacques Guillet, François Scellier, Pierre Lequiller et Michel Herbillon.

La décision du gouvernement de ne pas inscrire dans la loi de programmation budgétaire 2013-2015 une ligne budgétaire d'un milliard d'euros destinée à doter en capital la Société du Grand Paris a suscité une vive inquiétude des élus franciliens, de droite comme de gauche.

 

La ministre de l'égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, a tenté de les rassurer en affirmant que les engagements de l'Etat seraient "tenus, précisés et financés", affirmant que la société du Grand Paris "est dotée de ses propres ressources" et qu'elle "a les moyens d'engager les enquêtes publiques mais aussi les premiers travaux".

 

 UN SÉNATEUR SOCIALISTE FAIT PART DE SES INQUIÉTUDES

 

Le sénateur-maire PS d'Alfortville (Val-de-Marne), Luc Carvounas, a déclaré mercredi, dans un communiqué, que l'absence de ce milliard d'euros de dotation initialement prévu n'allait "pas dans le bon sens".

Luc Carvounas, qui exprime son "profond étonnement" et ses "vives préoccupations", estime que cela "risque de freiner le développement économique de la région capitale" et, "de surcroît, fait fi des nombreuses difficultés que rencontrent les Franciliens dans les transports chaque jour". Pour lui, "ce milliard de dotation en moins remet clairement en cause la réalisation rapide et concrète du métro du Grand Paris Express".

 

Enfin, il "constate à regret que les élus franciliens n'ont pas été consultés sur cette prise de décision".

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/10/03/l-ump-s-insurge-contre-l-abandon-du-grand-paris_1769583_823448.html

Publié dans Grand Paris

Commenter cet article