L'Ile-de-France veut en terminer avec le mythe des villes à la campagne

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

L'Ile-de-France veut en terminer avec le mythe des villes à la campagne

Une maison perchée sur un arbre au milieu d'un grand champ. Un homme y travaille sur un ordinateur portable non loin d'une fillette, qui joue au ballon, et de belles poubelles écolos, incongrues dans ce paysage. C'est l'image de marque officielle du Schéma de développement de la région Ile-de-France (SDRIF) qui doit être voté la semaine prochaine par le conseil régional. Seul problème, ce document qui planifie l'occupation des sols, le transport, le logement et l'activité économique de la région parisienne jusqu'en 2030 ne colle pas à cette image.

Sonnant le glas des villes à la campagne, il réaffirme le principe de densification des espaces urbanisés, en particulier autour des gares pour lutter contre le gaspillage du foncier et des ressources naturelles. Aucun élu ne pourra l'ignorer pour autoriser la construction d'une usine, de logements ou d'une route.

Dans la présentation qu'en a faite hier le président socialiste du conseil régional, on est loin du manque d'ambition économique qui avait conduit le gouvernement à refuser une première mouture du document en 2008. Aujourd'hui, Jean-Paul Huchon insiste sur « l'urgence de la crise économique ». Dans ce contexte actuel, il maintient l'objectif de 28.000 créations d'emplois par an, arrêté en 2008, avec un taux de croissance annuelle de 2,5 %. « Une réponse de fond et de long terme aux problèmes de territoire comme celui d'Aulnay-sous-Bois avec PSA », affirme l'élu.

En matière de logement, il adopte, comme prévu par l'accord sur le Grand Paris signé avec le gouvernement, le chiffre de 70.000 créations de logement par an dont 30 % de social. Il souhaite que cette politique soit mise en oeuvre par un établissement public foncier régional tout en reconnaissant que, sur ce point, « le gouvernement devra trancher ».

« Rééquilibrage à l'Est »

Autre point fort, le chapitre mobilité prévoit la mise en oeuvre du métro de rocade Grand Paris Express, du plan de mobilisation de la région (l'amélioration du réseau existant) et des plans de déplacement urbains. Ces moyens de transport sous-tendront le « rééquilibrage volontaire de la région à l'Est » favorisant, outre les environs immédiats de Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val-d'Oise, le Val-de-Marne et de petites parties de l'Essonne et de la Seine-et-Marne.

Après enquête publique, le futur SDRIF devrait être définitivement adopté en décembre 2013. Les décisions des maires devront alors obligatoirement être « compatibles » avec ses prescriptions mais pas forcément « conformes » comme en rêvaient certains écologistes.

DOMINIQUE MALÉCOT

http://entrepreneur.lesechos.fr/entreprise/regions/ile-de-france/0202329714283-l-ile-de-france-veut-en-terminer-avec-le-mythe-des-villes-a-la-campagne-10022638.php

Publié dans SDRIF - IDF

Commenter cet article