Grand Paris Métropole : Les maires de la communauté d’agglomération Seine-Amont s’insurgent contre un déni de démocratie

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

 

 

Communiqué de Alain Audoubert, Maire de Vitry-sur-Seine ; Daniel Davisse, Maire de Choisy-le-Roi, Président de la communauté d’agglomération Seine-Amont ; Pierre Gosnat, Maire d’Ivry-sur-Seine :

 

Avec son projet de loi sur la métropole du Grand Paris, le gouvernement remet en cause les fondements de la démocratie communale et de l’organisation de notre république. Ce projet nous ramène 50 ans en arrière : les communes sont le terreau de la démocratie française, supprimer leurs compétences est un déni de démocratie.

 

Si ce projet de loi est adopté, toutes les communes des départements du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, ainsi que leurs intercommunalités, seront entièrement dessaisies de toutes leurs compétences stratégiques en matière d’habitat, de logement, d’aménagement et d’environnement, au profit d’un établissement public « la Métropole du Grand Paris ».

 

A terme, les maires seront relégués au rang de simples exécutants de décisions prises, bien trop loin, des enjeux et problématiques locales et citoyennes. Nos communes deviendront des mairies d’arrondissements sans pouvoir de décision.

 

Pour nous, élus locaux, comment imaginer qu’une politique conduite depuis Paris, loin de nos populations, de leurs besoins, puisse répondre aux enjeux de nos territoires si divers. Nous sommes farouchement opposés à toutes mesures qui éloignent les citoyens des lieux de décision. Nous pensons au contraire que les défis de la métropole parisienne doivent se régler par la coopération intercommunale comme nous le faisons avec notre nouvelle communauté d’agglomération Seine-Amont.

 

Nous joignons nos voix à celles de nombreux élus d’Ile-de-France, pour exiger du gouvernement qu’il ouvre un véritable débat populaire dans la perspective d’un référendum sur ces questions qui touchent à l’organisation de la vie quotidienne de plus de 6 millions de nos concitoyens. Nous pensons, qu’en l’état, le projet de loi ne respecte ni les habitants, ni les communes, ni les dynamiques qui se sont opérées au sein de la métropole et qui pourraient servir de point d’appui pour la construction d’une métropole réellement démocratique.

 

Nous appelons de nos voeux la construction d’un projet politique métropolitain de justice sociale où primerait la solidarité entre les territoires. Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, le 10 juillet 2013

 

Publié dans Grand Paris

Commenter cet article