Grand Paris Express : 130.000 emplois menacés

Publié le par Observatoire Rémois du Bassin Parisien

La ligne rouge du métro (ici une vue de l'architecte Christian de Portzamparc) permettrait de désenclaver une partie de la Seine-Saint-Denis.
La ligne rouge du métro (ici une vue de l'architecte Christian de Portzamparc) permettrait de désenclaver une partie de la Seine-Saint-Denis.Crédits photo : Atelier Christian de Porzamparc

Le Nord-Est francilien craint le report de la ligne rouge du métro automatique.

La colère gronde chez les élus du nord-est francilien. Le rapport Auzannet sur le métro automatique Grand Paris Express, rendu public en fin de semaine dernière, cloue au pilori le tronçon entre l'aéroport du Bourget et Roissy-CDG. Sa réalisation, initialement prévue pour 2025, serait renvoyée à 2030 voire 2040. «Cela revient à sacrifier ce territoire du nord de Paris. Ce report a une date très lointaine n'est pas tenable pour des investisseurs», s'exclame Didier Vaillant, président de Val-de-France. Pour Jean-Pierre Blazy, maire (PS) de Gonesse, «des investissements seront purement et simplement abandonnés comme le projet Europa City qui représente 1,7 milliard d'euros et permettrait de créer 11.500 emplois directs».

Car cette vaste zone qui traverse la Seine-Saint-Denis et une partie du Val-d'Oise, tirée par le dynamisme de l'aéroport Roissy-CDG, est en plein boom économique. Une vingtaine de projets, avec des milliards d'investissements à la clé, y sont prévus (Aéroville, Aérolians, extension Paris-Nord II, Triangle de Gonesse, Europa City, International Trade Center…). Mais les opérateurs parient sur la réalisation de la ligne rouge permettant de désenclaver le territoire.

Hasard du calendrier, une étude inédite menée par l'EPA Plaine de France révèle le gisement d'emplois à venir. D'après cette enquête, ce sont 130.000 emplois supplémentaires (principalement dans les métiers de la vente, du service, de l'hôtellerie-restauration) qui seront créés d'ici à quinze ans sur le Grand Roissy qui en compte déjà 450.000.

Taux de chômage élevé

Une aubaine à condition d'en faire profiter une population locale largement défavorisée. «Depuis dix ans, le taux de chômage stagne ici autour de 18 % (contre 11 % en Ile-de-France) alors que dans le même temps, 53.000 emplois ont été créés», déplore Damien Robert, à la tête de l'EPA Plaine de France. Pour cela, une meilleure desserte en transports est un préalable, ce que vise le Grand Paris Express. Aujourd'hui, un habitant de Goussainville, situé à quelques kilomètres de Roissy-CDG, met une heure pour rejoindre en RER l'aéroport car il est obligé de repasser par Paris.

«Ce n'est pas le CDG Express (qui a la faveur du rapport Auzannet, NDLR), qui relierait sans arrêt Paris à Roissy-CDG pour 20 euros, qui changera quelque chose. Il nous faut le métro automatique», martèlent les décideurs locaux. Verdict rendu par le gouvernement en février 2013.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/18/01016-20121218ARTFIG00668-grand-paris-express130000-emplois-menaces.php

Publié dans Grand Paris

Commenter cet article